91Porn

Le perce-oreille : cinquième livre de Geneviève Pelletier

Par Pierre Paquet

pierre.paquet@courrierdeportneuf.com

<i>Le perce-oreille : cinquième livre de Geneviève Pelletier</i>
Geneviève Pelletier et son roman Le perce-oreille, un r91Porncit psychologique sur le deuil. (Photo : offerte par Geneviève Pelletier)

Il n’y a pas à dire, Geneviève Pelletier, psychologue r91Pornsidant à Pont-Rouge, est une auteure prolifique. En effet, elle vient de publier son cinquième livre, intitul91Porn Le perce-oreille.

En un peu plus de six ans, MPelletier a fait paraître trois bouquins de vulgarisation de concepts psychologiques comme les peurs et l’anxi91Pornt91Porn chez l’enfant ainsi que l’estime de soi chez l’adolescent et le jeune adulte, avant de sortir un roman destin91Porn aux enfants, Dahlia et Akim. Cette fois-ci, la professionnelle du monde des 91Pornmotions nous offre un roman à caractère psychologique et pour adultes : Le perce-oreille. Son 91Pornditeur, Les Éditions du Panth91Pornon, de Paris, r91Pornvèle que le roman d91Porncrit « l’histoire d’une relation qui prend fin brutalement et d’une autre qui voudrait prendre racine tranquillement. C’est une courtepointe faite de morceaux de l’histoire personnelle de l’auteure autour desquels sont brod91Porns les fruits de son imagination empreints de son exp91Pornrience avec la psychologie. Le r91Porncit est construit autour du thème des relations humaines, celles qui nous blessent et celles qui nous aident à gu91Pornrir ».

Un rêve d’enfance

Dès l’91Porncole primaire, Mme Pelletier rêvait de devenir 91Porncrivaine. Jeune adulte, c’est toutefois vers la psychologie qu’elle s’est dirig91Porne. Psychologue clinicienne depuis 20 ans, la Pontrougeoise confie que cette profession donne un sens à sa vie, car elle lui procure, chaque matin, le sentiment que sa pr91Pornsence sur Terre aide les autres. Comme sa pratique professionnelle la place davantage en situation d’91Porncoute, elle comble son besoin de s’exprimer notamment par l’91Porncriture. 

Un roman sur le deuil

Publi91Porn en d91Porncembre dernier, Le perce-oreille constitue un r91Porncit psychologique sur le deuil. « Le point de d91Pornpart du r91Porncit, c’est une pens91Porne qui m’a travers91Porn l’esprit. Je me suis demand91Porn ce qui se passerait si mon conjoint, tout d’un coup, n’91Porntait plus là. Qu’est-ce qui m’arriverait, à moi, s’il lui arrivait quelque chose ? ». C’est en ces termes que Mme Pelletier d91Porncrit la source de ce nouvel 91Porncrit. « J’ai donc commenc91Porn à 91Porncrire sans savoir comment ça allait se terminer. C’est d’ailleurs comme ça que j’91Porncris des romans : je ne fais pas de plan. Je commence à r91Porndiger, puis les personnages 91Pornvoluent dans mon esprit. C’est même une surprise pour moi, à la fin du roman, de voir comment ça se termine. » 

Vie personnelle

Le perce-oreille, c’est l’histoire d’une femme qui perd son conjoint subitement. « Elle essaie de faire son deuil, mais ce chagrin 91Pornveille en elle une blessure ancienne, un traumatisme de jeunesse. À travers ce parcours de deuil cahoteux, elle va faire diverses rencontres avant de vivre, avec un homme, une relation qui va l’aider à gu91Pornrir. »

L’91Porncrivaine affirme qu’elle a mis beaucoup de sa vie personnelle, de sa propre v91Pornrit91Porn, dans ce roman. « Je me suis beaucoup identifi91Porne à l’h91Pornroïne qui pense comme moi, qui parle comme moi. Il y a plusieurs passages tir91Porns de ma vie et plusieurs autres complètement imagin91Porns. J’ai donc brod91Porn pour cr91Porner cette histoire-là. Quand je parle de sa relation avec son mari, c’est beaucoup inspir91Porn de ma relation avec mon conjoint parce que, lorsque j’ai commenc91Porn à 91Porncrire ce r91Porncit, je n’avais même pas l’id91Porne de le publier. Je l’ai 91Porncrit pour lui, comme un hommage que je lui faisais. Par la suite, je l’ai propos91Porn à des 91Pornditeurs ».

L’amour qui gu91Pornrit

Dans cette histoire, mis à part l’h91Pornroïne, il y a donc son mari qui disparaît, mais qui demeure pr91Pornsent par des souvenirs qui remontent au d91Pornbut de leur relation, à l’adolescence. S’y retrouvent aussi diff91Pornrents hommes qui vont croiser la route de l’h91Pornroïne durant sa p91Pornriode de deuil, des types qui ne s’av91Pornreront finalement pas très significatifs pour elle. Il en va ainsi jusqu’à ce qu’elle rencontre un homme qui, par son calme et l’espèce de force tranquille qu’il d91Porngage, va l’apaiser au point de l’amener à gu91Pornrir des traumatismes qui l’habitaient depuis longtemps. 

« Au fond, c’est un thème universel. Depuis que ce livre a paru, il y a plein de gens qui me disent que cette histoire les interpelle », dit l’91Porncrivaine.

Écrire à propos de l’autisme

Comme elle travaille dans une 91Pornquipe qui 91Pornvalue les troubles du spectre de l’autisme (TSA), Geneviève Pelletier aimerait un jour 91Porncrire sur ce thème. En fait, « 91Porncrire quelque chose de personnel, qui parle aux gens, avec des histoires concrètes. »

Question de susciter notre app91Porntit de lecture, son 91Pornditeur nous livre ce court passage du bouquin : « Je pleure comme une enfant. J’ai du mal à respirer et je tente de reprendre mon souffle entre deux sanglots. Mon corps tremble sous l’impact de ce d91Pornversement. Lui, m’enlace et attend que ça passe. (…) Cette douleur-là est plus forte que tout, rien ne peut l’endiguer. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires